ESSE (2016)

pour voix de soprane et ondes (Ondéa)

Esse - Nathalie Pannier - Augustin Viard
00:00 / 00:00

Sur un haïku d’Yves Sarda

Dédié à Beja Tjeerdsma, artiste/résidente à la Maison-Atelier Theo van Doesburg de 2014 à 2016

Première audition le 10/09/2016 à la Maison-Atelier van Doesburg de Meudon (France)

Création aux Voûtes - Frigos de Paris le 13/09/2016 par Nathalie Pannier, voix et Augustin Viard, ondes.

Durée : ca'6' - Éditions Symétrie

 

Plusieurs idées poétiques sont à la source de cette œuvre :

- Un unique « haïku contemporain » écrit par le traducteur et scénariste Yves Sarda, ami de longue date : silence souffle son sens soupir silence, où le retour constant de la consonne S a donné le titre de l’œuvre.

 

- Esse, le verbe être en latin, fait référence à la « trajectoire » de ce haïku « ontologique » : « Nous naissons du silence dans un souffle qui s'affine en son, lequel se précise et s'obstine jusqu'à prendre sens et s'y enraciner. Mais la tension requise, à plus ou moins brève échéance intenable, se dissout en soupir pour retourner au silence initial, qui en devient final » La forme musicale reproduit cette forme en arche.

 

- L’esse, dans l’art celtique, est la figure centrale des entrelacs, dont la particularité est de créer des formes complexes à l’aide de figures simples.

 

- Le lieu de la première audition : la maison-atelier de l’architecte néerlandais Theo van Doesburg à Meudon (France). Fondateur du mouvement artistique et de la revue - auxquels Piet Mondrian a participé activement -, van Doesburg aura infléchi comme théoricien l’enseignement du Bauhaus. Ses réflexions conceptuelles ont marqué profondément l’art international du 20ème siècle : « Ce que je revendique, c’est la forme contrôlable pour la peinture, la sculpture et l’architecture ». Son besoin d’abstraction et de simplification, son rejet de l’impressionnisme (assimilé au baroque) l’ont conduit, par le truchement des mathématiques, à l’élaboration de formes pures, en équilibre dynamique et comme en expansion, légères comme en apesanteur.

 

- Enfin, peu d’œuvres pour voix et ondes ont été écrites. J’ai assisté à la création du Triptyque pour voix et ondes de Francis Bayer, grand universitaire, musicologue et compositeur avec lequel j’ai eu la chance de travailler à la Faculté de Vincennes. Celui-ci est devenu avec le temps un ami cher trop tôt disparu. En guise d’hommage, j’ai voulu évoquer son œuvre en terminant la mienne comme il termine la sienne.

 

Musicalement, les figures simples, le contrepoint de la voix et des ondes, sont à l’image des formes épurées du mouvement De Stijl. « Seul l’aspect pur des éléments, dans des proportions équilibrées, peut atténuer le tragique dans la vie et dans l’art » (Piet Mondrian).

Maison atelier Van Doesburg

29 rue Charles Infroit, Meudon - France

Visuel du programme par Beja Tjeerdsma