Vertige ! pour orchestre (1995)

Vertige ! - Orchestre de Caen - Mark Foster
00:00 / 00:00

Création le 13 janvier 2001 à l’auditorium du CNR de Caen par l’orchestre de Caen sous la direction de Mark Foster.

Editions François Dhalmann. Durée : 15' ca.

 

 

A la genèse de l’œuvre Autre éventail poème de Mallarmé d’une fraîcheur exquise que Debussy appréciât tant qu’il le mît en musique. Page admirable où l’on ne sait qui - de Mallarmé ou de Debussy - est le poète et le musicien, tant l’un comme l’autre ont en commun la sensibilité à fleur de peau, l’ambivalence des sentiments, l’érotisme à peine voilé ainsi qu’une légèreté et une jouissance de chaque instant souvent teintées d’une douce mélancolie, si ce n’est du sentiment de la mort.

 

A terme, une œuvre d’orchestre en un mouvement où du poème ne reste qu’un « vertige, un frisson d’espace », dionysiaque, vertigineux, d’une constante mobilité mais souvent assombri d’un « je-ne-sais-quoi » qui empêche la joie d’être totale.

 

Cette forme sans cesse mouvante et changeante, est comme une improvisation « quasi una fantasia » et la musique qui en résulte est, comme à l’accoutumée dans mon écriture, faite de multiples motifs plus ou moins apparentés ou en contradiction, d’égale importance, reliés organiquement dans une même forme par un réseau de correspondances quasi « rhizomatique », où chacun de ces motifs n’a de sens que dans son rapport aux autres motifs.

 

Cette musique est  caractérisée par son absence de centre et de non référence à un motif primordial d’où toute l’œuvre serait issue. La lecture comme l’écoute d’un passage est donc considérablement enrichie par l’écoute et la connaissance des autres moments où celui-ci réapparaît sous une forme légèrement modifiée, tissant ainsi le réseau qui s’étend à toute l’œuvre.

 

Écouter revient à établir des correspondances où les variations et combinaisons des motifs sont moins importantes que le moment et la manière dont ils apparaissent.

 

C’est peut-être ainsi que l’émotion trace au plus profond de nous-même la limite entre le tragique et le comique.