Topic (2007)

pour orchestre de 24 flûtes (3-9-3-6-3)

Topic - OFF
00:00 / 00:00

Commande de l’Orchestre Français de Flûtes (OFF)

Dédiée à son directeur artistique, Pierre-Yves Artaud

Création le 14 février 2008, salle Cortot à Paris, sous la direction de Pierre-Alain Biguet

Editions François Dhalmann

Durée : 13’ ca.

 

A la demande de Pierre-Yves Artaud, directeur artistique de l’OFF, pour plusieurs raisons conjuguées, j’ai volontiers accepté d’écrire pour son ensemble de flûtes. D’abord, la flûte est mon instrument que je continue à pratiquer aujourd’hui. Ensuite, j’ai écrit plusieurs œuvres pour ou avec flûte dont l’une d’entre elles, Ubuhuha pour flûte seule, est jouée de part le monde. Enfin, son engagement pour la musique contemporaine a suscité l’écriture de nombreuses œuvres qui ont profondément renouvelé l’approche de cet instrument et développé ses possibilités techniques. C’était donc pour moi le gage d’une compréhension totale de mon écriture. Composer pour un orchestre de flûtes m’aura offert la possibilité de développer à plus grande échelle certaines potentialités contenues dans mes diverses œuvres pour flûtes.

 

*    *

*

 

Dans un forum de discussion sur Internet, les divers sujets ou matières abordées sont nommés topic et donnent lieu à de nombreux échanges entre internautes.

 

L’écriture et le projet poétique de cette composition, c’est-à-dire son topic, est principalement technique : c’est un défi d’orchestration. Comment faire sonner un ensemble particulièrement homogène en ce qui concerne le timbre, déséquilibré quant à la puissance des diverses flûtes et peu précis quant aux attaques et articulations en groupe. Comment retrouver, par delà cette masse sonore, la sensualité et la brillance qui font le charme de cet instrument.

 

J’ai opté pour une subdivision de l’orchestre en trois sous ensembles égaux afin de créer une mise en espace (proche/lointain et gauche/droite/milieu). J’ai de plus subdivisé ces sous groupes afin d’alléger la matière sonore (tutti/petits ensembles/solos). Enfin, de façon récurrente, un des motifs emprunte à l’astronomie la notion d’albédo : un même geste musical est repris trois fois à l’identique, mais légèrement décalé dans le temps et éventuellement de moins en moins fort, afin de créer des « images fantômes » comme sur une télévision mal réglée.

 

La forme en un mouvement sans interruption, ainsi que le déroulement formel « en spirale » -  c’est-à-dire se repliant sans cesse sur lui-même - ne sont pas sans rappeler les associations d’idées du travail psychanalytique : ce sont les même motifs qui reviennent sans cesse mais toujours variés, dans des contextes toujours différents, et enrichis ou modifiés par ce qui a été entendu au préalable.

 

Il se créer alors un monde sonore vif et léger, fait de contrastes, de rapides changements de climat, de plans sonores extrêmement variés ainsi que d’une multitude de sonorités rappelant que la flûte est un des plus vieux instruments du monde, pratiqué dans toutes les cultures, et que les techniques contemporaines sont dans les faits, ancestrales.