Oolithe Pour cor seul (1996)

dédié à Didier Velty

Éditions Lemoine

Littéralement, œuf de pierre.

En minéralogie, c’est un calcaire ou un oxyde de fer formé de grains sphériques (comparés à des œufs de poissons).

 

La forme de cette œuvre est comme des ondes concentriques sur l’eau.

A partir d’un évènement initial (un son bref), les cercles (chacun des motifs de base) s’élargissent, se développent de tel sorte que chacun de ceux-ci est sans cesse repris et varié, tantôt enroulé, plissé sur lui-même, tantôt largement déployé.

 

La forme se trouve donc être une succession de moments de caractères différents, reliés organiquement par leur constant retour.

 

Et pourquoi Oolithe ?

 

Peut-être parce qu’une œuvre c’est un monde clos, un petit objet rond que l’on tient dans le creux de sa main et que l’on tourne et retourne sans cesse.