top of page

No Birds (2022/2023) pour 12 violoncelles

No Birds Création 4 juin 2023 Ensemble Nomos - Direction Léo Margue
00:00 / 13:44

Pour l’ensemble Nomos.

Création au Conservatoire de Gennevilliers le 4 juin 2023

Reprise le 12 juillet 2023 au farinier de l’abbaye de Cluny lors du Festival d’Aujourd’hui à Demain

Durée : entre 15' et 16' - Éditions Delatour France

 

    Le titre de cette œuvre est celui d’une toile de la peintre et graveuse Joan Mitchell – réponse à un tableau de Vincent van Gogh intitulé Champ de blé avec corbeaux –, toile dont les aplats de peintures aux textures diverses créés une polyphonie de couleurs dans l’espace. Une autre référence est Truinas, une longue méditation du poète Philippe Jaccottet dont le rapport sensible à la nature me parle depuis toujours. La mort du poète André du Bouchet, à l’enterrement duquel il se rendît, est la source de cet écrit où, dans les dernières pages des Feuillets joints, la forme du texte évoque l’effacement et la disparition que l’ultime phrase souligne : « Je me demande s’il peut encore passer un oiseau dans ce ciel-là ». Dans sa partie finale, la musique adopte cette forme. Une 3ème référence sont les Gyrovagues du plasticien Abraham Poincheval où une image projetée en rotation à 360° se révèle totalement hypnotique.

    Dans No birds, œuvre quasi orchestrale, les retours constants de cris d’oiseaux émergeant de la masse instrumentale se veulent une figuration de ce que nous pourrions perdre – et nous avec – si nous n’y prenons garde. A la source de l’écriture, peu de matériaux, peu de travail de variante, le retour des mêmes éléments dans des contextes différents (forme « en spirale ») et une polyphonie de gestes instrumentaux et de timbres très différenciés. Des coupures violentes, souvent à l’unisson, alternent avec des moments d’apaisement, à l’image de la nature et de l’humain dans leurs extrêmes.

 

Disposition

    Rappelant le vol migratoire des grues ou des oies sauvages, la positionnement spatial des instrumentistes concoure à démultiplier l’espace sonore. Cette « profondeur de champ » et latéralisation sont un élément de la forme. La disposition prévue initialement s’est révélée acoustiquement délicate pour les instrumentistes qui « ne s’entendaient pas bien ». Ainsi, je propose aussi celle de la création.

    Initiale                                                                Création

                                              

          11                      12                           11 / 9                   10 / 12

             9                  10                                      7 / 5        6 / 8

               7               8                                                3      4

                  5          6                                                    1 2

                    3      4

                      1  2

p 1 site_page-0001.jpg
bottom of page