A la volette (2015)

Arrangement pour soliste, deux voix égales, et ensemble instrumental (flûte en ut, clarinette sib, 1 percussionniste [glockenspiel, bloc de bois/mokubio, tambour à friction (ou super balle sur tom/timbale, 2 timbales, tam-tam) harpe, violon, alto, violoncelle).

Commande du Conservatoire de Saint-Michel-sur-Orge (Résidence de compositeur, année 2014-2015)

Création le juin 2015 au Centre culturel Marcel Carné - Saint-Michel-sur-Orge

Durée : 2’30. Éditions François Dhalmann

 

La locution adverbiale, "à la volette", veut dire trop vite, avec peu de soin, et dans un sens apparenté, bâclé.

Comme toute chanson populaire très ancienne, A la volette connaît plusieurs versions.

  • Une ronde, chanson dansée, où l’oiseau (un garçon) choisit sa promise parmi toutes les filles présentes.

  • Une chanson morale et cruelle, où pour avoir voulu s’émanciper "à la volette", l’oiseau meurt ne laissant que souvenirs et regrets à ceux qui restent « au printemps » suivant.

  • Une chanson édifiante, où son entourage, compréhensif, lui pardonne sa « faute » en lui proposant de le soigner et lui permettre ainsi de se marier.

 

J’ai retenu ce dernier sens (le plus courant), qui - si l’on fait abstraction d’une morale très traditionnelle - est une apologie de la pulsion de vie, de la solidarité et de l’entreprise personnelle.

Cette chanson est un drame en miniature car toute la gamme des sentiments y est représentée : de la gaîté insouciante au soulagement, en passant par la peur et la tendresse.

En ce qui concerne l’arrangement, celui-ci est très élaboré. J’y développe une véritable forme musicale en miniature afin de souligner les sentiments changeants tout au long de l’œuvre. Ainsi, l’écriture vocale est à 2 voix plus un(e) soliste. Formellement, certains couplets sont traités sur le mode mineur, renforçant la tragédie du texte. Chaque couplet est instrumenté et harmonisé toujours différemment. Des inserts de véritables chants d’oiseaux ponctuent la forme ainsi que de fausses citations rappelant la musique funèbre de Purcell et la gaîté de Mozart.

Eu égard à la formation instrumentale, cet arrangement d’À la volette présente l’intérêt de pouvoir être joué, autant avec des enfants scolarisés qu’avec une chorale de conservatoire. Dans le cadre d’un projet scolaire réunissant l’Éducation nationale et le Conservatoire, outre la découverte du patrimoine des chansons françaises - largement méconnu pour beaucoup d’enfants scolarisés d’origine étrangère - ce peut être le premier contact de ceux-ci avec des musiciens professionnels classiques (les professeurs du conservatoire) jouant des instruments de l’orchestre.

Enfin, l’instrumentation étant identique aux Folksongs de Luciano Berio, ils peuvent être joués en avant-première de cette œuvre, lors d’un concert donné par les professeurs. Dans un cadre pédagogique, la harpe peut être remplacée par un piano ou un marimba.